Archives de catégorie : Plateforme

Les manuscrits philosophiques clandestins accessibles en ligne.

L’accès aux documents numérisés constitue l’une des aspects majeurs dans la constitution d’un corpus virtuel mis librement à la disposition des chercheurs. Grâce à la collaboration des bibliothèques partenaires de notre plateforme Philosophie cl@ndestine, vous pouvez dès maintenant consulter en ligne une quarantaine de copies manuscrites, la plupart en haute définition, réunies dans de véritables collections numériques.

Ces documents sont accessibles directement depuis notre plateforme:

  • À travers le titre du document, et par la cote de conservation
  • À travers le filtre spécifique « documents avec images »
  • À travers le filtre du lieu de conservation

D’autres documents numériques viendront prochainement enrichir notre corpus virtuel. Vous pouvez également nous signaler l’existence de documents numériques similaires et participer ainsi à l’établissement de notre corpus virtuel.

Traduction des manuscrits philosophiques clandestins

La plateforme Philosophie cl@ndestine se développe et se transforme: 

Grâce à a la collaboration d’un réseau international de chercheurs, vous allez désormais pouvoir consulter un certain nombre de traductions anglaises des manuscrits philosophiques clandestins.

La première de ces traductions, celle des Réflexions morales et métaphysiques, réalisée par Kirk Watson, bibliothécaire à Salt Lake City, Utah, USA, est déjà disponible sur notre site : http://philosophie-clandestine.huma-num.fr/ms/160/text

L’Ars nihil credendi, traduit par Kirk Watson, est également disponible: http://philosophie-clandestine.huma-num.fr/ms/13/text

D’autres traductions viendront ensuite enrichir notre corpus virtuel. Il s’agit des titres suivants:

Robert Challe, Difficultés sur la religion proposées au père Malebranche

Jordanus Brunus Redivivus, Dissertation sur la formation du monde, Dissertation sur la résurrection de la chair

Le Philosophe anti-chrétien

Les Trois imposteurs (La Vie et l’esprit de Mr. de Spinoza)

Du Marsais, Examen de la religion, ou Doutes sur la religion dont on cherche l’éclaircissement de bonne foi

Essais sur la recherche de la vérité

Les Doutes du pyrrhonien

Diderot, La Promenade du sceptique

Fréret, Lettre de Thrasybule à Leucippe

Abraham Gaultier, Parité de la vie et de la mort

Nouvelles libertés de penser

Jean Meslier, Mémoire des sentiments et pensées. 

Nous remercions tous ceux qui participent à ce travail essentiel de valorisation et de diffusion du corpus clandestin et nous invitons tous ceux qui souhaiteraient participer à ce travail collectif de nous contacter afin d’ouvrir la littérature philosophique clandestine à un plus large public.

« Philosophie cl@ndestine »: une plateforme numérique au service de la recherche

 

Les progrès réalisés dans la recherche sur la littérature philosophique clandestine en un peu plus de cent ans sont sans aucun doute exemplaires. Après l’identification du corpus par Gustave Lanson en 2012[1], les premières recherches systématiques menées par Ira O. Wade[2], est venu le temps des synthèses[3], des thèses[4], des premières identifications[5], d’importantes éditions de texte[6] qui ont confirmé l’importance de la littérature clandestine pour la compréhension de l’histoire intellectuelle de l’Âge classique et des Lumières. Mention spéciale doit être faite, dans cette trop brève histoire de la recherche sur les manuscrits philosophiques clandestins, du recensement systématique des manuscrits, réalisé par Miguel Benítez[7], et devenu un outil incontournable pour les chercheurs du monde entier. Depuis, la Lettre clandestine, revue de référence mondiale sur la question, a régulièrement signalé la découverte de nouvelles copies des textes déjà recensés ou l’existence de nouveaux titres susceptibles d’intégrer le corpus clandestin.

Le xxie siècle marque un tournant dans la recherche pour l’ensemble des sciences humaines, grâce au développement des outils numériques, auquel nous ne pouvions pas rester indifférents. Preuve en est la mise en ligne de la plateforme numérique « Philosophie Cl@ndestine », réalisée grâce au soutien de l’ENS de Lyon, du Labex COMOD  (Constitution de la Modernité) et de l’Institut Universitaire de France, sous la responsabilité d’Antony McKenna et Maria Susana Seguin, dans le cadre des activités de l’IHRIM (UMR 5317 du CNRS- ENS de Lyon). Cette base, entièrement financée sur fonds publiques et hébergée gratuitement dans une grande infrastructure de la recherche[8], est entièrement disponible en open source de manière libre et gratuite.  Elle est dotée d’un endpoint pour des requêtes SPARQL.

Conçue comme un véritable outil numérique de recherche exploitant les dernières fonctionnalités du web sémantique, la base « Philosophie-clandestine » donne désormais accès à la liste complète des manuscrits philosophiques clandestins[9] mise à jour régulièrement, et ajoute une série de fonctionnalités afin de rendre l’exploitation des données dynamique : outre une bibliographie critique, la plateforme donne accès aux éditions anciennes et modernes, à des informations biographiques sur les auteurs identifiés ou supposés (par le biais des fiches d’autorité communes aux bibliothèques françaises et européennes)[10] et permettra bientôt de pointer vers les éditions déjà disponibles en ligne, dans les principales bibliothèques numériques. La fonction de géolocalisation permet non seulement de visualiser les lieux de conservation des manuscrits et d’accéder aux informations utiles à leur consultation, mais offre aux chercheurs un aperçu rapide des lieux de circulation et de réception des textes que la recherche documentaire peut par la suite confirmer ou corriger. Lorsque des transcriptions sont disponibles, elles sont accessibles à la lecture et au téléchargement dans la notice correspondante : un travail de transcription systématique, dans le cadre d’un projet pédagogique à destination d’étudiants de master, permettra très prochainement d’enrichir le fond de textes inédits[11]. Enfin, il est possible de faire des recherches simples ou d’accéder à des listes préétablies et obtenir des extractions PDF de l’ensemble de ces informations.

Nous travaillons maintenant aux évolutions futures de cet outil à destination des chercheurs : la politique de numérisation des fonds patrimoniaux entreprise dans la plupart des bibliothèques permet de travailler désormais à l’affichage simultanée des images des manuscrits et des transcriptions en utilisant les outils IIIF, ce qui peut être un moyen de faciliter l’étude des variantes des textes, des familles des manuscrits, et peut contribuer à l’identification des auteurs et à l’édition de ces inédits, que ce soit dans une version traditionnelle, ou dans une édition TEI, qui reste également à développer. On pourra alors envisager l’exploitation textométrique du corpus, et faire définitivement entrer la recherche sur la littérature philosophique clandestine dans l’ère des Humanités numériques.

Pour plus d’information, ou pour collaborer au développement de cette plateforme, vous pouvez nous contacter à travers le lien de contact de ce cahier. 

Accès direct à Philosophie cl@ndestine . 

 

[1] G. Lanson, « Questions diverses sur l’histoire de l’esprit philosophique en France avant 1750 », Revue d’histoire littéraire de la France, 1912, 19, p. 1-29, 293-317.

[2] I. O. Wade, The clandestine Organization and diffusion of philosophic ideas in France from 1700 to 1750, Princeton, 1938, rééd. New York, 1967

[3] Ira O. Wade, Voltaire and Madame du Châtelet, Princeton, 1941 ; Norman Torrey, Voltaire and the English deists, New Haven, Yale University Press, 1930 (rééed. 1967) ; Rudolf Brummer, Studien zur französischen Aufklärungsliteratur im Anschluss an J.A. Naigeon, Sprache und Kultur der germanischromanischen Völker, C. Romanistische Reige, Bd XI, Breslau, 1932 ; Paul Vernière, Spinoza et la pensée française avant la Révolution, Paris, P.U.F., 1954 ; A. Adam, Le mouvement philosophique dans la première moitié du xviiie siècle, Paris, 1967.

[4] Marie-Hélène Cotoni, L’Exégèse du Nouveau Testament dans la philosophie française du xviiie siècle, Oxford, The Voltaire Foundation ; Paris, Touzot, 1984. Antony McKenna, De Pascal à Voltaire. Le rôle des Pensées de Pascal dans l’histoire des idées entre 1670 et 1734, Oxford, The Voltaire Foundation, 1990.

[5] César Dumarsais, Doutes sur la religion ou Examen de la religion, éd. critique par Gianluca Mori, Oxford, Voltaire Foundation, 1998. Robert Challe, Difficultés sur la religion proposées au père Malebranche, Genève, Droz, 2000. Gabrielle-Émilie Le Tonnelier de Breteil, marquise Du Châtelet-Lomond, Examens de la Bible. Édités et annotés par Bertam E. Schwarzbach, Paris, Honoré Champion, 2011.

[6] Citons, entre autres, Jean Meslier, Œuvres, édition animée et coordonnée par Roland Desné, préface et notes par Jean Deprun, Roland Desné et Albert Soboul, Paris, édition Anthropos, 1970-1972, 3 vol. Difficultés sur la religion proposées au Père Malebranche, Roland Mortier éd., Bruxelles, Presses universitaires de Bruxelles, 1970. Paolo Cristofolini, Le Ciel ouvert à tous les homme de Pierre Cuppé, Il Cielo aperto di Pierre Cuppé, con un’edizione critica del Ciel ouvert à tous les hommes, Florence, L.S. Olschki, 1981. Theophrastus redivivus, éd. G. Canziani et G. Paganini, Firenze, La Nuova Italia, 1981-1982, 2 vol. Traité des trois imposteurs. L’esprit de Spinoza, édition critique par Françoise Charles-Daubert, Oxford, Voltaire Foundation, 1999.

[7] Miguel Benítez, La Face cachée des Lumières, Paris : Universitas, Oxford : The Voltaire Foundation, 1996. La liste des manuscrits philosophiques clandestins sera enrichie dans la version espagnole du même ouvrage, La Cara oculta de la Luces, Valencia, Biblioteca valenciana, colección Ideas, 2003.

[8] https://www.huma-num.fr, infrastructure de recherche inscrite dans le consortium européen dariah.eu

[9] La base de données donne accès à la très riche liste de M. Benítez enrichie de tous les manuscrits signalés par La Lettre clandestine depuis 2003 date de la parution de La Cara oculta de las Luces.

[10] A travers les projets data.bnf.fr et viaf.org.

[11] Projet pédagogique mené dans le cadre du séminaire de Master recherche de Maria Susana Seguin, Université Paul-Valéry Montpellier III.