Archives de catégorie : Dernières publications

Vient de paraître: Libertinage et philosophie n° 18.

Libertinage et philosophie à l’époque classique (XVIe-XVIIIe siècles)

 Revue dirigée par Pierre Girard, Mogens Lærke et Nicole Gengoux

N° 18, 2021:
L’usage de la métaphysique chez les matérialistes des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles

Avec des contributions de  Delphine Bellis, Emmanuel Boussuge, Élodie Cassan, Guillaume Coissard, Claire Fauvergue, Angela Ferraro, Nicole Gengoux, Pierre Girard, Giulio Gisondi, Philippe Hamou, Mogens Lærke, Antony McKenna, Gianluca Mori, Alain Mothu, Francesco Paolo Raimondi, Mitia Rioux-Beaulne, Marco Storni, Manuel Tizziani, Charles Wolfe et Falk Wunderlich.

 

Table des matières disponible ici

Bon de commande disponible ici

Vient de paraître: La Lettre clandestine 2021</i<

La Lettre clandestine


Revue dirigée par Pierre-François Moreau et Maria Susana Seguin

2021, no 29 – L’imposture et la littérature philosophique clandestine.

Le dossier thématique de cette année explore l’une des thématiques majeures de la pensée libertine et de la littérature philosophique clandestine : l’imposture religieuse et politique, ses sources, ses inspirations philosophiques, ses différentes expressions littéraires, son articulation dans la pensée de la première modernité. Ce numéro comporte également plusieurs articles concernant, entre autres, des manuscrits récemment découverts, deux importantes études d’attribution et l’édition de documents éclairant la vie des idées et l’histoire de l’édition philosophique. On y trouvera également des comptes rendus d’ouvrages nouvellement publiés, une bibliographie récente, ainsi que la présentation de nombreux nouveaux manuscrits.

Table des matières

Commandez votre exemplaire

 

Concordance Theophrastus redivivus / Guy Patin

Voici une nouvelle publication de Gianluca Mori à propos de l’attribution du Theophrastus redivivus à Guy Patin. Il s’agit d’une étude des correspondances entre les écrits de Patin et le célèbre athée clandestin.

Le pré-print est disponible ici:

https://www.academia.edu/44587958/Concordance_Theophrastus_redivivus_Guy_Patin

Vient de paraître: Eleonora Alfano, Dieu est Rien. La métaphysique matérialiste de Dom Deschamps

Eleonora Alfano, Dieu est Rien. La métaphysique matérialiste de Dom Deschamps.
Préface d’Éric Puisais.
Paris, L’Harmattan, 2020. Collection “Rationalismes”.

C’est au sein d’une ancienne tradition philosophique et théologique, se trouvant à la fois à l’origine de la pensée canonique chrétienne et de ses manifestations les plus hétérodoxes, que le moine Deschamps a puisé les principes de sa métaphysique matérialiste, dont l’esprit rationaliste et sensualiste des Lumières n’a pas saisi l’ascendance ou la portée novatrice. Le système deschampsien représente un cas rare en métaphysique où sont simultanément affirmées l’immanence et la finitude de l’univers (Le Tout) ainsi que l’existence négative du principe transcendant la réalité (Tout). La coïncidence entre les contradictoires Dieu et Rien, principe dialectique aussi bien « novateur » que plein de réminiscences, permet à cet athée éclairé de concilier les théories matérialistes et athées les plus radicales avec des thèmes de la mystique spéculative.

Eleonora Alfano est doctorante auprès des universités de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Roma « Tor Vergata ». Elle prépare une thèse sur les sources de la philosophie de Dom Deschamps dans la tradition de la théologie négative, sous la direction de Paolo Quintili et d’André Charrak.

Ouvrage disponible également en version numérique: pour plus d’informations, visitez le site de l’éditeur.

 

Vient de paraître: Libertinage et philosophie à l’époque classique (XVIe-XVIIIe siècle) 2020, no 17 – Les libertins et l’histoire

 

 Libertinage et philosophie à l’époque classique (xvie-xviiie siècle)

Revue dirigée parPierre Girard, Mogens Lærke et Nicole Gengoux 

2020, no 17 – Les libertins et l’histoire 

Contributeurs : Lorenzo Bianchi, Giuseppina D’Antuono, Nicole Gengoux, Laurence Giavarini, Pierre Girard, Jean-Michel Gros, Mogens Lærke, Myrtille Méricam-Bourdet, Gianni Paganini, Nicolas Piqué, Anna Lisa Schino, Maria Susana Seguin, Isabelle Sgambato-Ledoux, Masako Tanigawa, Anna Maria Vileno, Catherine Volpilhac-Auger et Robert J. Wilkinson.

Pour commander la revue, cliquez ici

Pour consulter la table des matières, cliquez ici

 

Vient de paraître: La Lettre clandestine n° 28

La Lettre clandestine
Revue dirigée parPierre-François Moreau et Maria Susana Seguin

2020, no 28 – Pensées secrètes des académiciens. Fontenelle et ses confrères

Ce numéro spécial propose une sélection d’articles, issus d’un colloque international, consacrés aux liens complexes qui existent entre la littérature philosophique clandestine et l’activité des Académies, notamment celle de l’un des académiciens les plus proches de l’univers de la clandestinité: Fontenelle. Le dossier Varia comporte une sélection d’articles sur la pensée hétérodoxe ainsi que des informations sur l’actualité de la recherche sur la littérature philosophique clandestine. On y trouvera également des comptes rendus d’ouvrages nouvellement publiés et une bibliographie récente.

Dossier thématique sous la direction de Geneviève Artigas-Menant, Christophe Martin, Pierre-François Moreau,  Maria Susana Seguin et Yann Sordet. 

Contributeurs : Geneviève Artigas-Menant, Miguel Benítez, Lorenzo Bianchi, Jean- Pierre Cavaillé, Mario Cosenza, Jean Dagen, Antonella Del Prete, Carole Dornier, Françoise Gevrey, Eszter Kovács, Laurence Macé, Antony McKenna, Sylvain Menant, Lua Minh Tao, Pierre-François Moreau, Gianluca Mori, Alain Mothu, François Moureau, Laura Nicolì, Gianni Paganini, Claudine Poulouin, Paolo Quintili, Alain Sandrier, Ruggero Sciuto, Maria Susana Seguin, Catherine Volpilhac-Auger et Stéphane Zékian.

Commandez votre exemplaire ici

Table des matières-LC2020

Les Lumières de l’ombre: libres penseurs, hérétiques, espions

Les Lumières de l’ombre: libres penseurs, hérétiques, espions
Exploring the Early Modern Undergroung : Reethinkers, Herectics, Spies. Sous la direction de S. Bisset, M.-C. Felton et C. T. Wolfe

Issus du séminaire international des jeunes dix-huitiémistes qu’organise la Société internationale d’étude du dix-huitième siècle, les treize articles réunis dans ce volume relèvent d’une pluralité de disciplines, depuis l’histoire des idées et l’histoire sociale jusqu’à la philosophie et aux études portant sur la littérature ou le genre. À ce caractère interdisciplinaire de l’ouvrage s’ajoute une dimension pleinement européenne et atlantique, puisque s’y trouvent pris en compte l’Europe occidentale, la Russie, les Polonais à Paris, l’antisémitisme dans les manuscrits clandestins, etc. Cette diversité des approches et des objets reflète non seulement l’hétérogénéité constitutive du XVIIIe siècle, mais elle met aussi en évidence l’intérêt éminent que représente l’étude de ses marges. À ce titre, cet ouvrage représente pleinement la manière dont une nouvelle génération de chercheurs réinvente la recherche historique actuelle.

Les éditeurs scientifiques du volume, Sophie Bisset (Sussex), Marie- Claude Felton (Montréal) et Charles Wolfe (Gand), sont chercheurs en histoire des idées et en philosophie.

https://www.honorechampion.com/fr/champion/11283-book-08535346-9782745353467.html

Spinoza, Éthique

Établissement du texte par Piet Steenbakers et Fokke Akkerman.
Traduction par Pierre-François Moreau,
Notes et annexes par F. Audié, A. Charrak, P.-F. Moreau et P. Steenbakkers

Œuvres, t. IV
PUF, collection Épiméthée, 696 p.
ISBN 978-2-13-081149-7

Ce volume contient l’édition critique et la traduction française de l’Ethica, munies d’une introduction, de notes et de deux annexes (sur les mathématiques et la physique). L’établissement du texte prend pour base l’édition latine des Opera posthumade 1677, confrontée avec la version néerlandaise des Nagelate Schriftenet avec le manuscrit récemment découvert dans les archives du Vatican – seul témoin connu de l’état du travail en 1675, transcrit par un ami de Spinoza (van Gent) à l’usage d’un autre (Tschirnhaus) et demeuré inconnu jusqu’en 2010. La traduction met en application les principes définis pour la série des œuvres de Spinoza, fondés sur la recherche de la cohérence lexicale et conceptuelle et sur l’analyse des écarts sémantiques.

https://www.puf.com/content/%C5%92uvres_IV_-_%C3%89thique_0

Libertinage et philosophie à l’époque classique n° 15 (2018): Pierre Bayle et les libertins.

Revue dirigée par Nicole Gengoux, Pierre Girard et Mogens Lærke 

Contributeurs : Myriam Bernier, Lorenzo Bianchi, Maxime Boutros-Jacqueline, Nicole Gengoux, Pierre Girard, Grazia Grasso, Jean-Michel Gros, Mogens Lærke, Antony McKenna, Isabelle Moreau, Elena Muceni, Anna Lisa Schino et Anne Staquet.

 

Télécharger le bon de commande

La Lettre clandestine, n° 27: La littérature philosophique clandestine et la traduction

 

Ce numéro analyse la relation complexe qu’entretient la littérature philosophique clandestine avec la pratique de la traduction : on y trouvera des contributions portant sur la traduction comme activité intellectuelle, comme motif fictionnel ou comme pratique effective de diffusion et détournement des idées. Les Varia comportent un dossier sur le travail de la police du livre au siècle des Lumières, ainsi que des articles sur l’actualité de la recherche sur la littérature philosophique clandestine. On y trouvera également des comptes rendus d’ouvrages récemment publiés et une bibliographie récente.

 

Téléchargez ici le  Bon de commande

Matérialisme(s) en France au XVIIIe siècle. Entre littérature et philosophie

Adrien Paschoud / Barbara Selmeci Castioni (dir).
Berlin, Franck & Time, «Romanistik», vol. 29, 2019, 208 p. 

Qu’est-ce que le matérialisme en France au XVIIIe siècle? Ne faudrait-il pas plutôt parler des matérialismes ? Au temps des Lumières, la notion ne recouvre pas une doctrine unifiée. Usant des canaux de diffusion des écrits clandestins, les matérialistes (re)composenc à leur guise sources antiques et modernes. Une diversité dont témoignent les supports dans lesquels se diffuse cette « affreuse doctrine» : traités philosophiques, bien sûr, mais aussi fic­tions libertines, dialogues, poèmes didactiques, gravures … S’ils sont souvent ouvertement subversifs, les écrits matérialistes savent également revêtir les atours d’une orthodoxie feinte pour mieux en saper les fondements. Réunis­sant philosophes et spécialistes de la littérature, ce volume contribue à affiner les enjeux d’une pensée protéiforme qui a accompagné, en s’en nourrissant, le déclin des grandes charpentes métaphysiques.

 

Téléchargez le bon de commande:  Matérialisme-1

Dudas de los pirrónicos / Doutes des pyrrhoniens

Traduction à l’espagnol, introduction et notes par Fernando Bahr.
Buenos Aires, El cuenco de plata, coll. “El libertino erudito”, 2018.

“ Le premier doute consiste à savoir : Si la Religion n’est pas une invention humaine pour rendre les hommes meilleurs, par la crainte des châtimens que les Dieux peuvent leur infliger. Plusieurs philosophes ont été de cette opinion. Car étant certain que toutes les actions humaines roûlant sur la crainte du mal, (la douleur,) et l’espérance du bien (le plaisir) pour empêcher les hommes de transgresser les Loix qui déffendent de faire certaines choses, on à établi dans le monde divers châtimens et des peines différentes, entr’autres celle du déshonneur, qui est très sensible à l’homme naturellement vain. Mais nonobstant cela la malice des hommes pouvant trouver des inventions pour tromper la vigilance des Magistrats, ou par la force se mettre au dessus des Loix, et par conséquent ôter le pouvoir de les condamner juridiquement, c’est pour cela qu’on a inventé : La crainte des Dieux, où d’un Dieu rémunérateur des bonnes ou des mauvaises ”.

Ce manuscrit, inédit jusqu’à aujourd’hui, se compose de 114 pages, divisées en huit chapitre ou doutes, dont le dernier est de loin le plus long. La seule copie connue à ce jour est conservée à la Bibliothèque Royale de Belgique (ms.15191) sous le titre Doutes des Pirroniens. Premierement  si la Religion est formée, où vient de Dieu ; où bien si c’est un artifice des Hom̃es  Politiques.  Secondement,  en suposant que Dieu en soit l’auteur ;  savoir, qu’elle est la Veritable, et celle qu’il faut choisir, d’entre le grand nombre des Religions differentes qui sont répandües par toute la Terre. Cette copie est postérieure à 1721, mais, d’après Gianni Paganini, si l’on tient compte des sources citées et, surtout, de celles qui ne sont pas citées (les Lettres persanes de Montesquieu, par exemple), on peut supposer que le texte a dû être écrit un peu plus tôt, dans la deuxième décennie du XVIIIe siècle. Quant à son auteur, tout indique que le texte a été composé par un seul et même auteur, mais aucun élément ne permet de l’identifier.

https://elcuencodeplata.mitiendanube.com/el-libertino-erudito/9789873743818/

Aufklärungs-Kritik und Aufklärungs-Mythen

Sonja Lavaert & Winfried Schröder (dir.), Aufklärungs-Kritik und Aufklärungs-Mythen. Horkheimer und Adorno in philosophiehistorischer Perspektive, Berlin/Boston, De Gruyter, 2018.

La Dialectique de la Raison de Max Horkheimer et Theodor W. Adorno constitue sans doute la mise en cause la plus radicale du siècle des Lumières.  Alors que les discussions qui ont suivi se sont surtout concentrées sur la critique fondamentale de la rationalité qui y est formulée, les historiens de la philosophie ont rarement soulevé la question de savoir si les philosophes consultés par Horkheimer et Adorno sont effectivement des témoins appropriés pour leur critique des Lumières. Les contributions dans ce volume reviennent donc sur cette question et mettent à l’épreuve l’image globale des Lumières dessinée par Horkheimer et Adorno et leurs interprétations de Bacon, Spinoza, Kant et Sade.

Avec des contributions de James Schmidt, Gunzelin Schmid Noerr, Oliver R. Scholz, Dietrich Schotte, Pierre-François Moreau, Sam Fleischacker, Marcel Hénaff, Else Walravens, Petra Gehring.

Pour plus d’informations: https://www.degruyter.com/view/product/491244

La Lettre clandestine 2018: Spinoza et la littérature philosophique clandestine.

Ce numéro est consacré à la relation complexe qu’entretient la littérature philosophique clandestine avec Spinoza et son œuvre : la proximité intellectuelle avec d’autres textes, l’influence de sa pensée, l’utilisation de son nom et de sa réputation, la discussion ou la réfutation de ses idées, les milieux intellectuels de production, de circulation et de réception des textes. Le dossier Varia propose des articles sur la clandestinité philosophique, l’histoire du livre et de la censure, ainsi que des articles portant sur l’actualité de la recherche sur la littérature philosophique clandestine. Sont également réunis des comptes rendus d’ouvrages nouvellement publiés, une bibliographie des travaux les plus récents ainsi que l’annonce de nouveaux manuscrits trouvés.

Vous pouvez le commander directement auprès des Classiques Garnier