Archives de l’auteur : Maria Susana Seguin

Vient de paraître: La Lettre clandestine 2021</i<

La Lettre clandestine


Revue dirigée par Pierre-François Moreau et Maria Susana Seguin

2021, no 29 – L’imposture et la littérature philosophique clandestine.

Le dossier thématique de cette année explore l’une des thématiques majeures de la pensée libertine et de la littérature philosophique clandestine : l’imposture religieuse et politique, ses sources, ses inspirations philosophiques, ses différentes expressions littéraires, son articulation dans la pensée de la première modernité. Ce numéro comporte également plusieurs articles concernant, entre autres, des manuscrits récemment découverts, deux importantes études d’attribution et l’édition de documents éclairant la vie des idées et l’histoire de l’édition philosophique. On y trouvera également des comptes rendus d’ouvrages nouvellement publiés, une bibliographie récente, ainsi que la présentation de nombreux nouveaux manuscrits.

Table des matières

Commandez votre exemplaire

 

Journée d’étude: « Émilie Du Châtelet et la littérature philosophique clandestine »

25 juin 2021

Journée d’étude en ligne organisé par

Pierre-François MOREAU
(IHRIM UMR 5317, ENS de Lyon)
et
Maria Susana SEGUIN
(Université Paul-Valéry Montpellier III — IHRIM UMR 5317, ENS de Lyon et IUF)

dans le cadre du programme
« L’inventaire des manuscrits philosophiques clandestins »
du CELLF 16-18 UMR 8599 du CNRS

 des activités du groupe « Libertins et clandestins »
de l’Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités
(IHRIM UMR 5317, ENS de Lyon)

et
du LabEx Constitution de la Modernité (COMOD)

Informations et contact : susana.seguin@ens-lyon.fr
Inscripiton : 
https://evento.renater.fr/survey/journee-d-etude-emil…-9byfqv3v

Programme 

9h00
Maria Susana SEGUIN
(Université Paul-Valéry Montpellier III – IHRIM UMR 5317, ENS de Lyon et IUF)
Introduction

 9 h 15
Anne-Lise REY
(Université Paris Nanterre- IRePh)
Imagination et certitude dans les Institutions de Physique d’Émilie du Châtelet.

 9 h 45
Elena MUCENI
(PhD Université de Rome « Tor Vergata » et Université de Genève)
La Fable des abeilles d’Émilie Du Châtelet : un manuscrit philosophique clandestin?

10 h 15
Discussion -pause

11 h 00
Eszter KOVÁCS
(NKE EJKK PÁK- Budapest – IHRIM)
« C’est là cette Esther qu’on donne pour modèle à toutes les princesses chrétiennes » : ambiguïtés des figures féminines dans les Examens de la Bible.

11 h 30
Véronique LE RU
(Université de Reims Champagne-Ardennes – CIRLEP)
Le Discours sur le bonheur ou la morale matérialiste et hédoniste d’Émilie Du Châtelet.

 12 h 00
Discussion -pause

14 h 00
Ruth HAGENGRUBER
(Center for the History of Women Philosophers and Scientists, Paderborn University)
La tradition de la critique de la Bible féminine : De Nogarola à Du Châtelet.

Maria Susana SEGUIN
(Université Paul-Valéry Montpellier III – IHRIM UMR 5317, ENS de Lyon et IUF)
Nouvelles recherches sur la bibliothèque d’Émilie Du Châtelet

15 h30
Discussion

 16 h
Pierre-François MOREAU
(IHRIM UMR 5317, ENS de Lyon)
Conclusion

programme-Du-Châtelet

Les manuscrits philosophiques clandestins accessibles en ligne.

L’accès aux documents numérisés constitue l’une des aspects majeurs dans la constitution d’un corpus virtuel mis librement à la disposition des chercheurs. Grâce à la collaboration des bibliothèques partenaires de notre plateforme Philosophie cl@ndestine, vous pouvez dès maintenant consulter en ligne une quarantaine de copies manuscrites, la plupart en haute définition, réunies dans de véritables collections numériques.

Ces documents sont accessibles directement depuis notre plateforme:

  • À travers le titre du document, et par la cote de conservation
  • À travers le filtre spécifique « documents avec images »
  • À travers le filtre du lieu de conservation

D’autres documents numériques viendront prochainement enrichir notre corpus virtuel. Vous pouvez également nous signaler l’existence de documents numériques similaires et participer ainsi à l’établissement de notre corpus virtuel.

Traduction des manuscrits philosophiques clandestins

La plateforme Philosophie cl@ndestine se développe et se transforme: 

Grâce à a la collaboration d’un réseau international de chercheurs, vous allez désormais pouvoir consulter un certain nombre de traductions anglaises des manuscrits philosophiques clandestins.

La première de ces traductions, celle des Réflexions morales et métaphysiques, réalisée par Kirk Watson, bibliothécaire à Salt Lake City, Utah, USA, est déjà disponible sur notre site : http://philosophie-clandestine.huma-num.fr/ms/160/text

L’Ars nihil credendi, traduit par Kirk Watson, est également disponible: http://philosophie-clandestine.huma-num.fr/ms/13/text

D’autres traductions viendront ensuite enrichir notre corpus virtuel. Il s’agit des titres suivants:

Robert Challe, Difficultés sur la religion proposées au père Malebranche

Jordanus Brunus Redivivus, Dissertation sur la formation du monde, Dissertation sur la résurrection de la chair

Le Philosophe anti-chrétien

Les Trois imposteurs (La Vie et l’esprit de Mr. de Spinoza)

Du Marsais, Examen de la religion, ou Doutes sur la religion dont on cherche l’éclaircissement de bonne foi

Essais sur la recherche de la vérité

Les Doutes du pyrrhonien

Diderot, La Promenade du sceptique

Fréret, Lettre de Thrasybule à Leucippe

Abraham Gaultier, Parité de la vie et de la mort

Nouvelles libertés de penser

Jean Meslier, Mémoire des sentiments et pensées. 

Nous remercions tous ceux qui participent à ce travail essentiel de valorisation et de diffusion du corpus clandestin et nous invitons tous ceux qui souhaiteraient participer à ce travail collectif de nous contacter afin d’ouvrir la littérature philosophique clandestine à un plus large public.

La Lettre clandestine

La Lettre clandestine est une revue annuelle d’information sur la littérature philosophique clandestine de l’âge classique, publiée par le Centre d’étude de la langue et de la littérature française des XVIe-XVIIIsiècles (CNRS UMR 8599, université Paris-Sorbonne) et par l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (CNRS, UMR 3517, École normale supérieure de Lyon).

DIRECTEUR: Pierre-François Moreau
DIRECTEUR-ADJOINT: Maria Susana Seguin
RESPONSABLE DE LA REDACTION: Alain Mothu

 COMITÉ SCIENTIFIQUE
Delphine Antoine-Mahut, Geneviève Artigas-Menant, Olivier Bloch, Marie-Hélène Cotoni, Nicole Gengoux, Antony McKenna, Christophe Martin, Pierre-François Moreau, Gianluca Mori, Alain Mothu, Gianni Paganini, Claudine Poulouin, Michèle Rosellini, Alain Sandrier, WinfriedSchröder, Catherine Secrétan, Maria Susana Seguin.

 COMITÉ DE LECTURE
Frédéric Barbier, Paulette Carrive, Jean CÉard, Uta Janssens, Francine Markovits, Isabelle Moreau, François Moureau, Philippe Sellier, Winfried Schröder, Jean Sgard, Ann Thomson et Roger Zuber.

Soumission d’articles:

Pour proposer un article à notre rédaction, vous êtes priés de l’adresser en même temps à Maria Susana Seguin (susana.seguin@ens-lyon.fr) et à Alain Mothu (alain.mothu@sorbonne-universite.fr).

Tous les articles publiés par notre revue sont soumis à une rigoureuse évaluation par les pairs: double lecture anonyme par un membre de l’équipe éditoriale (spécialiste du domaine de la littérature philosophique clandestine abordé par l’article) et par un membre extérieur (spécialiste de la période, de l’auteur, de la thématique étudiée). Les articles doivent être soumis avant le 15 octobre, pour une éventuelle publication dans le numéro de l’année suivante. 

Hommage à Emilio Sergio (1968-2020)

Nous avons appris avec une profonde tristesse le décès de notre jeune collègue Emilio Sergio, survenu le 11 juillet 2020. D’abord chercheur associé en Histoire de la philosophie (2008), puis maître de conférence (2012) à l’Université de Calabre, Emilio Sergio était spécialiste d’histoire des idées philosophiques à l’âge classique, et enseignait l’histoire de la philosophie moderne à l’université de Calabre. Auteur d’une thèse sur Hobbes (Contro il Leviatano. Hobbes e le controversie scientifische 1650-1665, Rubbettino, 2001), il s’est également fait connaître grâce à de de nombreux articles sur Hobbes et sur la réception de la pensée hobbesienne en Angleterre et en Italie aux XVIIe et XVIIIe siècles, sur les sources italiennes de la pensée anglaise classique et sur l’histoire des sciences à l’aube des Lumières.

Il avait participé à plusieurs de nos rencontres sur la littérature philosophique clandestine, à la connaissance de laquelle il avait également contribué par ses travaux. On lui doit, entre autres, la publication des Recherches curieuses de philosophie (1714), édition du MS Fond Français 9107 de la BNF (texte établi et commenté par Emilio Sergio, présenté par Claudia Stancati, avec des notes supplémentaires par Rienk Vermij, Paris, Honoré Champion, 2009) ainsi que plusieurs articles parus dans notre revue.

Au nom de La Lettre clandestine, nous nous associons à la peine de ses proches et de ses collègues et rendons ici hommage à son inlassable dévouement pour la recherche.

Claudia Stancati et Maria Susana Seguin

Sur la réception du Theophrastus

Voici un nouvel article en pré-print sur la filiation entre  les manuscrits du Theophrastus Redivivus et des Réflexions morales et métaphysiques proposé par Antony McKenna et Gianluca Mori.
Nous vous en souhaitons bonne lecture!

https://www.academia.edu/44709360/_Antony_McKenna_and_Gianluca_Mori_La_filiation_des_manuscrits_clandestins_du_Theophrastus_Redivivus_aux_Réflexions_morales_et_métaphysiques

Concordance Theophrastus redivivus / Guy Patin

Voici une nouvelle publication de Gianluca Mori à propos de l’attribution du Theophrastus redivivus à Guy Patin. Il s’agit d’une étude des correspondances entre les écrits de Patin et le célèbre athée clandestin.

Le pré-print est disponible ici:

https://www.academia.edu/44587958/Concordance_Theophrastus_redivivus_Guy_Patin

Vient de paraître: Eleonora Alfano, Dieu est Rien. La métaphysique matérialiste de Dom Deschamps

Eleonora Alfano, Dieu est Rien. La métaphysique matérialiste de Dom Deschamps.
Préface d’Éric Puisais.
Paris, L’Harmattan, 2020. Collection « Rationalismes ».

C’est au sein d’une ancienne tradition philosophique et théologique, se trouvant à la fois à l’origine de la pensée canonique chrétienne et de ses manifestations les plus hétérodoxes, que le moine Deschamps a puisé les principes de sa métaphysique matérialiste, dont l’esprit rationaliste et sensualiste des Lumières n’a pas saisi l’ascendance ou la portée novatrice. Le système deschampsien représente un cas rare en métaphysique où sont simultanément affirmées l’immanence et la finitude de l’univers (Le Tout) ainsi que l’existence négative du principe transcendant la réalité (Tout). La coïncidence entre les contradictoires Dieu et Rien, principe dialectique aussi bien « novateur » que plein de réminiscences, permet à cet athée éclairé de concilier les théories matérialistes et athées les plus radicales avec des thèmes de la mystique spéculative.

Eleonora Alfano est doctorante auprès des universités de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Roma « Tor Vergata ». Elle prépare une thèse sur les sources de la philosophie de Dom Deschamps dans la tradition de la théologie négative, sous la direction de Paolo Quintili et d’André Charrak.

Ouvrage disponible également en version numérique: pour plus d’informations, visitez le site de l’éditeur.

 

Journées d’étude (en ligne): « L’usage de la métaphysique chez les matérialistes du XVIe et du XVIIe siècles »

Journées d’étude organisées par Nicole Gengoux (IHRIM), Pierre Girard (Université Jean Moulin Lyon 3- IHRIM) et Mogens Lærke (Directeur de recherche au CNRS – IHRIM – Maison Française d’Oxford) les 12 et 13 novembre 2020, dans le cadre de la préparation du prochain numéro de la revue Libertinage et philosophie à l’époque classique, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècle.
Ce numéro réunira également les communications présentées lors la journée d’étude organisée les 11 et 12 avril 2019 à l’ENS-Lyon par Guillaume Coissard, et consacrée aux Usages de la métaphysique classique chez les matérialistes du XVIIIe siècle.

Inscription obligatoire en ligne: colloque.metamaterialisme@gmail.com

———————————-
PROGRAMME
———————————-

Jeudi 12 novembre
Matin : modérateur Nicole Gengoux ou Pierre Girard

8h45 – 9h : Accueil par les organisateurs

9h – 9h45, Nicole GENGOUX: Introduction : « Utiliser la métaphysique, un paradoxe pour les matérialistes athées : Theophrastus et Aristote, Cyrano et Descartes » 

9h45 – 10h30 : Elodie CASSAN: « La critique du concept aristotélicien de substance dans le Novum Organum de Francis Bacon »

10h30-11h Pause
11h – 11h45 : Tristan DAGRON: « « L’homme pense naturellement » : Giordano Bruno, une théorie matérialiste de la pensée » 

11h45 – 12h30 : Francesco Paolo RAIMONDI: « Métaphysique et matérialisme chez Vanini » (1585-1619)

12h30-14h Pause déjeuner.

Après-midi : modérateur Nicole Gengoux ou Pierre Girard

14h – 14h45 : Delphine BELLIS: « Comment penser l’âme humaine et Dieu ? Gassendi et la redéfinition de la métaphysique » 

14h45 -15h30 : Éric MARQUER: « Hobbes et la loi éternelle de Dieu »

15h30-16h Pause

16h-16h45 : Delphine ANTOINE MAHUT: « Organicité de l’âme et occasionalisme. Variations sur l’argument de la détermination du corps par l’âme chez les cartésiens »

16h45 – 17h30 : Manuel TIZZIANI: « Entre les doutes de Locke et les conséquences de Bayle. Jean Meslier et le débat sur la ‘matière pensante’ »

Vendredi 13 novembre
Modérateur : Mogens Laerke

9h – 9h45 : Philippe HAMOU: « La conjecture de la ‘matière pensante’ et ses enjeux métaphysiques dans l’Essai sur l’entendement humain de Locke »
9h45 – 10h30 : Paola RUMORE: “Materialism and metaphysics in late 17th-century Germany”

10h30 -11h : Pause

11h – 11h45 : Falk WUNDERLICH: “Is matter inherently active? Some problems for materialist metaphysics”

11h45 – 12h30 : Charles WOLFE: « Matérialisme ancien, matérialisme moderne : le cas de la “métaphysique expérimentale” »

12h30 : brève conclusion

Il est prévu que les communications ne dépassent pas une demi-heure pour permettre des questions et une discussion d’au moins 15 minutes.

Vient de paraître: Libertinage et philosophie à l’époque classique (XVIe-XVIIIe siècle) 2020, no 17 – Les libertins et l’histoire

 

 Libertinage et philosophie à l’époque classique (xvie-xviiie siècle)

Revue dirigée parPierre Girard, Mogens Lærke et Nicole Gengoux 

2020, no 17 – Les libertins et l’histoire 

Contributeurs : Lorenzo Bianchi, Giuseppina D’Antuono, Nicole Gengoux, Laurence Giavarini, Pierre Girard, Jean-Michel Gros, Mogens Lærke, Myrtille Méricam-Bourdet, Gianni Paganini, Nicolas Piqué, Anna Lisa Schino, Maria Susana Seguin, Isabelle Sgambato-Ledoux, Masako Tanigawa, Anna Maria Vileno, Catherine Volpilhac-Auger et Robert J. Wilkinson.

Pour commander la revue, cliquez ici

Pour consulter la table des matières, cliquez ici

 

Hommage à Justin Champion (1960-2020)

Justin Champion (1960-2020)

Nous avons été attristés par la nouvelle du décès de Justin Champion le 10 juin 2020. Professeur d’Histoire au Royal Holloway College à Londres depuis 1992, Justin s’intéressait à nos recherches sur la philosophie clandestine depuis de nombreuses années et a présenté des communications sur John Toland dans le cadre de nos journées d’étude à Créteil en 1997 et à Pais en 2011: «Publiés mais non imprimés: John Toland et la circulation des manuscrits, 1700-1722», La Lettre clandestine, 7 (1998), p.301-341, et « Érudition et “clandestina”: le portrait de Moïse par Toland et les recherches bibliques de son temps », La Lettre clandestine, 20 (2012), p. 111-153.

Nous sommes nombreux à nous souvenir avec émotion de son engagement intellectuel, de sa sociabilité naturelle et de son humour indomptable – même pendant ces dernières années de grave maladie, maladie qui l’a empêché de participer à notre Journée d’étude sur les Trois Imposteursen 2015.

Sa thèse, ThePillars of Priestcraft Shaken: The Church of England and its Enemies, 1660-1730 (Cambridge, CUP, 1992), propose une révision du tableau peint par Paul Hazard de la «crise de conscience européenne» et rappelle le rôle des batailles anticléricales en Angleterre dans l’évolution philosophique de cette période. Cependant, plus qu’une simple variation géographique de la «crise», c’est un changement de perspective historique qui est proposée: la débat de la libre pensée est présenté, non pas comme une attaque purement philosophique contre la religion chrétienne et contre la superstition, mais, dans une perspective politique et sociologique, comme une bataille pour le pouvoir qui entraînait nécessairement une bataille historiographique – dans la mesure où la légitimation du pouvoir en Grande-Bretagne exigeait une vision historique de la Réformation. Le débat philosophique est ainsi situé dans le cadre d’un débat entre historiographies rivales, conservatrice, latitudinaire, radicale. Ce changement de perspective entraîne aussi un changement de cible: ce ne sont pas les dogmes en tant que tels (existence de Dieu, nature du Christ, trinité, résurrection, rédemption, immortalité de l’âme) qui font l’objet de la bataille qui constitue la «crise», mais le pouvoir de l’Église. Les historiographies rivales visent à légitimer telle ou telle conception du statut de l’Église par rapport au pouvoir séculier – du conservatisme de la «High Church» à l’érastianisme des radicaux. D’où l’attaque contre le pouvoir du clergé et contre le «priestcraft». Cette perspective a incité Justin à aborder les questions philosophiques surtout sous l’angle de la diffusion des œuvres et de l’effet politique visé et cette façon d’aborder la «crise de conscience» caractérise aussi son ouvrage Republican Learning: John Toland and the Crisis of Christian Culture, 1696-1722 (Manchester University Press, 2003), son édition du Nazarenusde Toland (Oxford, Fondation Voltaire, 1999) et ses nombreux articles publiés dans les revues spécialisées[1].

Justin avait une grande ouverture d’esprit et la capacité d’aborder des auteurs apparemment très loin de ses préoccupations afin de mettre en évidence, selon les conditions de la réception de leurs œuvres, la pertinence de leur pensée pour les problématiques historiques, historiographiques et politiques qui l’intéressaient. On peut citer en ce sens le passionnant article sur la réception de Richard Simon en Angleterre – pertinente pour son analyse de la pensée radicale puisque cette réception est dédoublée: l’une des deux traductions de l’Histoire du Vieux Testament est amputée des chapitres où Simon tente de concilier son exégèse critique avec une nouvelle conception de l’inspiration de l’Écriture compatible avec la doctrine catholique.

Justin était très conscient de l’importance de l’histoire pour comprendre le présent et il était toujours prêt à démontrer la pertinence des travaux érudits pour la construction de l’identité politique et culturelle. Il était bien connu en Angleterre par ses interventions régulières à la radio et à la télévision sur des sujets d’actualité (le sens des monuments historiques, l’historiographie africaine à l’occasion du mouvement «Black Lives Matter»). Il était, en effet, un brillant conférencier, au ton léger, sans emphase, plein d’esprit: il savait captiver ses auditeurs. En 2018, il a obtenu la médaille Medlicott en reconnaissance de ses travaux au service de l’historiographie.

Nous rendons hommage à la mémoire d’un chercheur exceptionnel, d’un collègue et d’un ami.

Antony McKenna
au nom de ses amis de La Lettre clandestine

[1]On trouvera sa bibliographie complète sur le site du Royal Holloway, Université de Londres: https://pure.royalholloway.ac.uk/portal/en/persons/justin-champion(bc6b0767-61c5-407a-aadb-578e3330dd06)/publications.html

Vient de paraître: La Lettre clandestine n° 28

La Lettre clandestine
Revue dirigée parPierre-François Moreau et Maria Susana Seguin

2020, no 28 – Pensées secrètes des académiciens. Fontenelle et ses confrères

Ce numéro spécial propose une sélection d’articles, issus d’un colloque international, consacrés aux liens complexes qui existent entre la littérature philosophique clandestine et l’activité des Académies, notamment celle de l’un des académiciens les plus proches de l’univers de la clandestinité: Fontenelle. Le dossier Varia comporte une sélection d’articles sur la pensée hétérodoxe ainsi que des informations sur l’actualité de la recherche sur la littérature philosophique clandestine. On y trouvera également des comptes rendus d’ouvrages nouvellement publiés et une bibliographie récente.

Dossier thématique sous la direction de Geneviève Artigas-Menant, Christophe Martin, Pierre-François Moreau,  Maria Susana Seguin et Yann Sordet. 

Contributeurs : Geneviève Artigas-Menant, Miguel Benítez, Lorenzo Bianchi, Jean- Pierre Cavaillé, Mario Cosenza, Jean Dagen, Antonella Del Prete, Carole Dornier, Françoise Gevrey, Eszter Kovács, Laurence Macé, Antony McKenna, Sylvain Menant, Lua Minh Tao, Pierre-François Moreau, Gianluca Mori, Alain Mothu, François Moureau, Laura Nicolì, Gianni Paganini, Claudine Poulouin, Paolo Quintili, Alain Sandrier, Ruggero Sciuto, Maria Susana Seguin, Catherine Volpilhac-Auger et Stéphane Zékian.

Commandez votre exemplaire ici

Table des matières-LC2020

Rousseau lecteur de manuscrits philosophiques clandestins?

C’est l’hypothèse soulevée par une section de l’introduction aux Réflexions morales et métaphysiques, attribuée à « Delaube », préparée actuellement par  Antony McKenna et Gianluca Mori. Vous pouvez accéder à une première version de cette analyse ici:

https://www.academia.edu/43369895/_Antony_McKenna_and_Gianluca_Mori_Une_source_inedite_de_Jean-Jacques_Rousseau_les_Reflexions_morales_et_metaphysiques_2021?source=swp_share