Hommage à Olivier Bloch (1930-2021)

    C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès d’Olivier Bloch, professeur émérite d’Histoire de la philosophie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, le 18 novembre 2021. Son rôle incontestable dans le développement des études sur la philosophie clandestine, en France et dans le monde, est capital. La « Table ronde sur le matérialisme du XVIIIe siècle et la littérature clandestine», qu’il a organisée à l’Université Paris I en 1980, a déclenché une véritable révolution dans les études sur le sujet. Jusque-là, depuis l’article fondateur de Gustave Lanson dans la RHLF et sa continuation par Ira O.Wade, quelques travaux partiels avaient été réalisés ici et là. Aucun intérêt collectif pour le sujet ne s’était manifesté, aucune vue d’ensemble ne proposait des repères pour l’aborder. Cette rencontre était inespérée pour les chercheurs solitaires dispersés dans le monde, lancés sur un sujet dont ils se demandaient parfois s’il existait vraiment, sujet à la marge de la littérature, de la philosophie et de l’histoire, sujet jugé au mieux comme secondaire, en l’absence de tout enseignement universitaire. Après ces deux jours mémorables, non seulement le sujet existait, mais il était validé par une communauté scientifique diverse, par ses interrogations autant que par ses certitudes, par la conviction que le corpus envisagé jetait de « nouvelles lumières  sur la production intellectuelle du XVIIIe siècle », sans ignorer « la complexité des problèmes ainsi posés » comme le dit sa préface aux Actes du colloque [1].

    La principale difficulté tenait au progrès même de la recherche. Des trente-cinq titres signalés par Lanson en 1912, on était passé à cent deux titres répertoriés par Wade en 1938, et à cent trente dans la liste fournie par Miguel Benítez en 1980. À cette explosion quantitative s’ajoutait la diversité des versions découvertes sous un même titre. C’est cette double particularité du corpus qui a suscité la création, en 1986, d’un Comité d’initiative pour l’Inventaire des manuscrits philosophiques clandestins des XVIIe et XVIIIe siècles, dont faisait partie Olivier Bloch. Et c’est lui qui a fondé, en 1987 à Paris, l’équipe de l’Inventaire des manuscrits philosophiques clandestins, co-dirigée par Françoise Weil, directeur de la Réserve de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, et composée de chercheurs et d’enseignants-chercheurs en histoire, littérature et philosophie, ainsi que de conservateurs des bibliothèques.

    De 1990 à 1995, Olivier Bloch a animé, à l’Université Paris I, un séminaire mensuel, lieu de rencontre de l’équipe. Pendant ces cinq années, un public nombreux, en partie composé d’étudiants étrangers venus d’Argentine, du Canada, d’Espagne, de Finlande, d’Italie, du Japon, etc. s’est réuni un samedi après-midi par mois. La motivation commune était l’approfondissement et le développement de la recherche sur la littérature philosophique clandestine de l’époque classique. C’est au cours de ces séances qu’en 1991 Olivier Bloch a lancé l’idée de publier un bulletin, La Lettre clandestine, qu’il a co-dirigé avec Antony McKenna de 1992 à 2000. Depuis et jusqu’à ce que sa santé le lui interdise, il a participé aux réunions du comité scientifique de ce bulletin, devenu « revue » en 1995, avec la générosité intellectuelle qui le caractérisait. Lui, le savant historien de la philosophie, le spécialiste de Gassendi, le maître mondialement reconnu des études sur le matérialisme, mettait aussi son ardeur au service des études sur la littérature philosophique clandestine des premières Lumières. Nous garderons le souvenir, non seulement d’un grand maître, mais d’une personnalité attachante par sa rigueur intellectuelle, par sa modestie, par son impartialité.

                     Geneviève Artigas-Menant, au nom de tous les amis de La Lettre clandestine

[1] Le Matérialisme du XVIIIe siècle et la littérature clandestine, Actes de la Table ronde des 6 et 7 juin 1980, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1982, O. Bloch (dir.).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.