Hommage à Justin Champion (1960-2020)

Justin Champion (1960-2020)

Nous avons été attristés par la nouvelle du décès de Justin Champion le 10 juin 2020. Professeur d’Histoire au Royal Holloway College à Londres depuis 1992, Justin s’intéressait à nos recherches sur la philosophie clandestine depuis de nombreuses années et a présenté des communications sur John Toland dans le cadre de nos journées d’étude à Créteil en 1997 et à Pais en 2011: «Publiés mais non imprimés: John Toland et la circulation des manuscrits, 1700-1722», La Lettre clandestine, 7 (1998), p.301-341, et « Érudition et “clandestina”: le portrait de Moïse par Toland et les recherches bibliques de son temps », La Lettre clandestine, 20 (2012), p. 111-153.

Nous sommes nombreux à nous souvenir avec émotion de son engagement intellectuel, de sa sociabilité naturelle et de son humour indomptable – même pendant ces dernières années de grave maladie, maladie qui l’a empêché de participer à notre Journée d’étude sur les Trois Imposteursen 2015.

Sa thèse, ThePillars of Priestcraft Shaken: The Church of England and its Enemies, 1660-1730 (Cambridge, CUP, 1992), propose une révision du tableau peint par Paul Hazard de la «crise de conscience européenne» et rappelle le rôle des batailles anticléricales en Angleterre dans l’évolution philosophique de cette période. Cependant, plus qu’une simple variation géographique de la «crise», c’est un changement de perspective historique qui est proposée: la débat de la libre pensée est présenté, non pas comme une attaque purement philosophique contre la religion chrétienne et contre la superstition, mais, dans une perspective politique et sociologique, comme une bataille pour le pouvoir qui entraînait nécessairement une bataille historiographique – dans la mesure où la légitimation du pouvoir en Grande-Bretagne exigeait une vision historique de la Réformation. Le débat philosophique est ainsi situé dans le cadre d’un débat entre historiographies rivales, conservatrice, latitudinaire, radicale. Ce changement de perspective entraîne aussi un changement de cible: ce ne sont pas les dogmes en tant que tels (existence de Dieu, nature du Christ, trinité, résurrection, rédemption, immortalité de l’âme) qui font l’objet de la bataille qui constitue la «crise», mais le pouvoir de l’Église. Les historiographies rivales visent à légitimer telle ou telle conception du statut de l’Église par rapport au pouvoir séculier – du conservatisme de la «High Church» à l’érastianisme des radicaux. D’où l’attaque contre le pouvoir du clergé et contre le «priestcraft». Cette perspective a incité Justin à aborder les questions philosophiques surtout sous l’angle de la diffusion des œuvres et de l’effet politique visé et cette façon d’aborder la «crise de conscience» caractérise aussi son ouvrage Republican Learning: John Toland and the Crisis of Christian Culture, 1696-1722 (Manchester University Press, 2003), son édition du Nazarenusde Toland (Oxford, Fondation Voltaire, 1999) et ses nombreux articles publiés dans les revues spécialisées[1].

Justin avait une grande ouverture d’esprit et la capacité d’aborder des auteurs apparemment très loin de ses préoccupations afin de mettre en évidence, selon les conditions de la réception de leurs œuvres, la pertinence de leur pensée pour les problématiques historiques, historiographiques et politiques qui l’intéressaient. On peut citer en ce sens le passionnant article sur la réception de Richard Simon en Angleterre – pertinente pour son analyse de la pensée radicale puisque cette réception est dédoublée: l’une des deux traductions de l’Histoire du Vieux Testament est amputée des chapitres où Simon tente de concilier son exégèse critique avec une nouvelle conception de l’inspiration de l’Écriture compatible avec la doctrine catholique.

Justin était très conscient de l’importance de l’histoire pour comprendre le présent et il était toujours prêt à démontrer la pertinence des travaux érudits pour la construction de l’identité politique et culturelle. Il était bien connu en Angleterre par ses interventions régulières à la radio et à la télévision sur des sujets d’actualité (le sens des monuments historiques, l’historiographie africaine à l’occasion du mouvement «Black Lives Matter»). Il était, en effet, un brillant conférencier, au ton léger, sans emphase, plein d’esprit: il savait captiver ses auditeurs. En 2018, il a obtenu la médaille Medlicott en reconnaissance de ses travaux au service de l’historiographie.

Nous rendons hommage à la mémoire d’un chercheur exceptionnel, d’un collègue et d’un ami.

Antony McKenna
au nom de ses amis de La Lettre clandestine

[1]On trouvera sa bibliographie complète sur le site du Royal Holloway, Université de Londres: https://pure.royalholloway.ac.uk/portal/en/persons/justin-champion(bc6b0767-61c5-407a-aadb-578e3330dd06)/publications.html


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.